Every day the same dream



Experimental Gameplay est à l’origine un projet de l’Université Carnegie Mellon. Ce projet est devenu un collectif de créateurs de jeux vidéos qui organisent des concours tous les mois pour encourager la création. Les créations doivent avoir été réalisées par un individu en l’espace d’une semaine, autour d’un thème défini. Le studio italien Molleindustria mené par Paolo Pedercini a ainsi récemment publié Every day the same dream (« Tous les jours le même rêve »). Chaque jour est le même pour le personnage de Every day the same dream. Il s’agira pour le joueur de le guider chaque jour à travers sa vie quotidienne à partir du moment où il se réveille jusqu’au moment où il arrive à son lieu de travail.

Les jeux vidéo nous habituent généralement à des univers colorés, avec toujours plus d’action. Or voici un jeu qui s’inscrit complètement à l’opposé des codes habituels. Ce qui marque au premier abord, c’est la sobriété du graphisme. Tout est dans des tons gris, le dessin est très géométrique, épuré. Le Gameplay dans Every day the same dream est d’une grande simplicité. Le joueur utilise les touches gauche et droite du clavier pour contrôler le personnage, la barre espace pour interagir avec les personnes et les éléments et pour déclencher une action. Le but est de finir la journée. La séquence se répète indéfiniment et il est donc tout à fait possible de vivre encore et encore la même journée. Le chemin semble être prédéfini : se lever, s’habiller, dire au revoir à sa femme, et aller au travail. Si bien que le joueur recherche très rapidement un moyen de rompre cette monotonie. Pour progresser dans l’histoire et rompre le déroulement de cette routine, il est donc possible de prendre une direction différente, d’interagir avec un sans domicile fixe,de saisir une feuille, d’aller au travail sans ses vêtements. L’objectif pour le personnage sera de découvrir cinq clés dans l’environnement pour devenir un nouvel homme. Effectivement, ces courts instants peuvent permettre d’échapper à la monotonie et de modifier le cours des évènements. Comme ce geste simple, où le personnage caresse la vache qui est pourtant l’un des seuls moments ou le personnage échange et semble éprouver de l’émotion.

 

Tout dans ce jeu est volontairement simple. En effet, avec très peu de gameplay, Every day the same dream est un jeu dont la substance ne figure pas dans la beauté du graphisme, mais dans le message qu’il véhicule. Bien qu’il s’apparente à un jeux de simulation de la vie quotidienne où le joueur incarne une personne à l’exemple des sims, c’est en fait un jeu en forme de réflexion sur le monde du travail. Le jeux Everyday the Same Dream retrace la vie quotidienne dans l’occident capitaliste : réveil, embouteillage, travail. L’expérience vécue par le personnage de Everyday the Same Dream ressemble à celle vécue par beaucoup d’occidentaux. L’employé dont on prend les commandes n’a pas de visage, il est dépersonnifié. Il est le symbole d’une société uniformisée, où la possibilité de faire ses propres choix ou de se différencier a peu de place, où tous les jours se ressemblent et où l’échange marchand prévaut sur l’individu et les relations sociales. De plus, la bande son répétitive et le manque de vivacité du personnage semble traduire l’ennui et la lassitude dans la vie de ce dernier. En effet, il est prisonnier de sa vie quotidienne. Il passe son temps à travailler pour gagner sa vie et améliorer son quotidien, mais il ne profite pas des fruits de son travail. Cependant, le personnage, par de courts instants, cherche un échappatoire à la monotonie de sa vie. On peut donc constater que le souhait du joueur et du personnage concorde parfaitement puisque le but du joueur devient très vite de repousser les contraintes du monde du jeu pour ne pas tomber dans la lassitude, tout autant que le personnage veut enfreindre les règles pour briser la monotonie de sa vie. Sans la révéler, on peut dire que la fin est un peu déroutante bien qu’elle laisse la porte ouverte à différentes interprétations. Ce jeu vidéo constitue donc une forme innovante de dénonciation qui mise sur la prise de contrôle de la vie d’un personnage pour faire passer un message.

 

Ce jeu est jouable à ce lien

Toni COQUEREL,
Etudiant en DUT SRC, IUT du Limousin


Les commentaires sont fermŽs !